La formation


Le Cogmaster offre un cursus unique en Europe. Riche d'une expérience d'enseignement interdisciplinaire déployée sur vingt ans, notre programme s'appuie sur les ressources de la communauté scientifique de Paris. Il est ouvert à des étudiants issus de formation scientifiques diversifiées et offre des débouchés principalement académiques dans des institutions de recherche prestigieuses (CNRS, INSERM, Ecole Normale Supérieure, etc.) mais aussi industriels comme dans de nombreuses petites et grandes entreprises de data science / deep learning (ex : Google Deepmind)..

1. La formation de Master
2. Profil des étudiants et objectifs pédagogiques
    - 1re année de Master (M1)
    - 2e année de Master (M2)
3. La vie après le Cogmaster


1. La formation de Master

Cette formation intensive implique des partenaires universitaires d’excellence: outre l’EHESS, l’ENS et l'Université Paris 5, le Master s’allie avec 7 autres établissements en Ile-de-France pour offrir le meilleur dans chaque domaine, à travers 1100 heures de cours dispensés par les plus grands spécialistes en France. Afin que les étudiants acquièrent l'expérience d'une immersion directe dans la recherche, il offre enfin la possibilité d'effectuer plusieurs stages dans l’une des 40 équipes d’accueil en région parisienne. L'enseignement du Master s'appuie sur 5 principes :
  1. Formation monodisciplinaire forte. Nous veillons au renforcement de la discipline initiale de l’étudiant, grâce à une sélection de modules parmi les cours offerts par nos partenaires universitaires.
  2. Enseignement méthodologique solide. Nous assurons l'acquisition des outils méthodologiques et conceptuels de base utilisés en sciences cognitives (protocoles expérimentaux, statistiques, méthodes d'imagerie cérébrale, programmation, etc.).
  3. Ouverture interdisciplinaire ciblée. Nous proposons en deuxième année de Master toute une série de séminaires interdisciplinaires, axés sur l'intégration multidisciplinaire ou ayant pour vocation d'explorer des thèmes émergents.
  4. Immersion rapide dans les programmes et les équipes de recherche. Les étudiants de 2ème année sont intégrés à une équipe de recherche tout au long de l'année ; les étudiants de 1ère année sont incités à mener plusieurs stages ou ministages en laboratoire. Les étudiants sont ainsi entraînés à la rédaction de rapports scientifiques ainsi qu'à à leur présentation orale.
  5. Flexibilité. Chaque étudiant se voit désigner un tuteur, choisi au sein de l'équipe pédagogique du Master. Celui-ci veille en particulier au choix de cours de l'étudiant, en l'aidant à sélectionner, parmi le large éventail d'enseignements monodisciplinaires et interdisciplinaires offerts tant par le Master que par ses partenaires universitaires, ceux qui sont susceptibles de servir au mieux sont projet scientifique.
Grâce à son ancrage dans le tissu de la recherche nationale et  internationale, le Cogmaster offre également la possibilité de bénéficier des interactions entre laboratoires de recherche: les étudiants de M2 peuvent effectuer leur stage de recherche chez l'un de nos partenaires à l'étranger, en collaboration avec un laboratoire de recherche correspondant situé en région parisienne.

>> La présentation du Cogmaster existe aussi en petits formats: l'affiche en français et en anglais, et le dépliant.
>> Le Cogmaster figure parmi les 16 "pépites de l'enseignement supérieur" sélectionnées par le journal Le Monde: lire l'article dans le supplément Universités et Grandes écoles daté du 23 janvier 2014.



2. Profil des étudiants et objectifs pédagogiques

Le Cogmaster est destiné à un petit nombre d'étudiants très motivés, d'origines très diversifiées mais ayant une solide formation dans l'une des disciplines fondamentales des sciences cognitives : étudiants en psychologie, biologie, linguistique, philosophie, informatique. Il est également ouvert aux étudiants en médecine et aux élèves ingénieurs des grandes écoles.

>> Pour voir dans le détail les différents profils des potentiels candidats au Cogmaster: Profils

Nous attendons de l'étudiant-e une forte capacité d'assimilation et de travail personnel pour se mettre à niveau dans les domaines qu'il ou elle ne connaît pas. Outre les qualités inhérentes au travail de recherche (attention au détail, rigueur, scepticisme, mais également curiosité, indépendance et esprit d'initiative), l'étudiant-e devra faire preuve d'une certaine aisance à communiquer, par écrit aussi bien qu'à l'oral.

Le but du Cogmaster n'est pas de former des généralistes dont le discours engloberait l'ensemble des sciences cognitives, mais bien plutôt des scientifiques solides dans leur discipline. A cette fin, les deux années de la formation sont organisées comme suit.


2.1 Première année de Master (M1)

En M1, la majorité des cours fondamentaux est prise dans la discipline d'origine de l'étudiant afin de renforcer ses compétences de bases. Le reste des cours consiste en un tronc commun méthodologique, ainsi qu'en une introduction intensive aux concepts et outils nécessaires dans les autres domaines des sciences cognitives. Des stages de spécialité et ministages, au sein des laboratoires partenaires du Cogmaster, viennent compléter ces enseignements.

Les enseignements fondamentaux, répartis en 5 filières, sont fournis en partenariat avec d'autres formations universitaires proches du Cogmaster :
>> Linguistique théorique et expérimentale et Logique avec l'ENS et Paris VIII
>> Modélisation mathématique, physique et informatique avec Paris V et l'ENS-Cachan
>> Neurosciences cognitives avec l'ENS et Paris VI
>> Philosophie et Sciences sociales avec l'EHESS, l'ENS et Paris IV
>> Psychologie expérimentale avec Paris V

A l'issue de l'année de M1, les étudiants devront avoir renforcé leur discipline majeure à un niveau équivalent à celui d'un M1 monodisciplinaire. On attend en outre qu'ils aient assimilé les concepts, méthodes et enjeux centraux en sciences cognitives, et qu'ils connaissent les sources bibliographiques dans ce domaine. Enfin, que leurs connaissances leur permettent d'analyser et critiquer la littérature existante, afin d'élaborer un projet de recherche cohérent en vue d'une candidature en deuxième année de Master (M2).

>> Pour poser sa candidature en M1: Candidature



2.2 Deuxième année de Master (M2)

En M2, l'étudiant-e est confronté-e aux thèmes de recherche actuels en sciences cognitives, et doit mener un travail de recherche dans l'un des laboratoires partenaires. Les sciences cognitives représentant une aventure intellectuelle d'une ampleur considérable, notre formation n'a pas la prétention d'englober toutes les approches possibles. Nous avons donc préféré nous concentrer sur les forces en présence, et sélectionner un petit nombre de domaines dans lesquels l'étudiant-e puisse bénéficier d'un encadrement adéquat, dont est garante l'excellence scientifique de laboratoires d'accueil de la formation, compétitifs au plan international.

Cette délimitation nécessaire est heureusement compensée par notre réseau international de partenaires européens, qui permettent aux étudiants du Cogmaster d'accéder à des enseignements complémentaires dans les domaines laissés de côté.

Le champ couvert par le Cogmaster correspond ainsi à ce qui représente la force principale des laboratoires présents dans notre programme. Nous l'avons divisé en 5 grands thèmes: Cognition socialeFonctions cognitives supérieuresGénétique, développement et plasticitéLangage et communicationPerception et action. Ces thèmes permettent de proposer aux étudiants des unités d'enseignement (U.E.) véritablement multidisciplinaires, enseignant pour un même objet d'étude 3 voire 4 approches méthodologiques différentes.

A l'issue de l'année de M2, les étudiants doivent être capables de mener à bien un projet de recherche original et intégratif en sciences cognitives. Ceci implique la capacité à formuler une problématique, à la confronter à aux publications existantes, à élaborer une démarche (expérimentale ou théorique) pour la résoudre, analyser les résultats obtenus et les confronter aux travaux publiés dans ce domaine. Ils devront également rédiger un rapport technique qui soit de type publication scientifique, et le défendre de façon claire et concise en public.

>> Pour poser sa candidature en M2: Candidature 



3. La vie après le Cogmaster

Recherche...
Le Master de sciences cognitives est avant tout une formation à la recherche, qui prépare à une carrière de chercheur ou d'enseignant-chercheur. Ses exigences élevées en matière d'enseignement ainsi que son ancrage dans la recherche nationale et internationale permettent aux étudiants d'avoir toutes les cartes en main pour occuper ensuite un poste universitaire. Mais le milieu est très compétitif, et l'étudiant-e devra avoir conscience non seulement que le marché du travail dans le domaine des sciences cognitives en Europe demeure peu étendu, mais aussi que l'organisation du système universitaire reste, encore à ce jour, fortement marquée par la séparation disciplinaire traditionnelle.

Le Cogmaster n'est pas encore en mesure d'accorder de financement aux étudiants désirant poursuivre leur recherche en thèse, mais l'équipe de direction se tient à la disposition des étudiants pour mes informer sur les voies existant pour obtenir de tels financements.

Dans tous les cas, compte tenu du caractère très intense du travail impliqué dans la poursuite d'un doctorat, il est déconseillé de se lancer dans une thèse en l'absence d'allocation. Il est fortement recommandé de se préoccuper très tôt du problème des allocations de thèse (vers la fin du premier semestre de M2), de surveiller les appels d'offre, de façon à ne pas manquer les dates limites qui interviennent en général dès le mois de mars.

>> Liens utiles sur les pages destinées aux étudiants de M2.


... et applications
Bien entendu, le Master de sciences cognitives ne destine pas ses étudiants uniquement à une carrière universitaire, à l'exception de toute autre. L'initiation à la recherche dans un laboratoire de pointe en sciences cognitives peut se révéler un atout majeur dans bon nombre de domaines, de la recherche appliquée dans le secteur privé (robotique, interface homme-machine, technologies d'apprentissage) à la recherche bio-médicale, l'imagerie médicale et les services de santé (rééducation). Il faut toutefois être conscient que les liens entre les sciences cognitives et leurs applications dans la recherche publique ou privée n'en sont encore qu'à leurs balbutiements en Europe. La dynamique au sein de cette discipline est cependant telle qu'une interface de cet ordre ne peut être amenée qu'à se développer.

>> Un œil sur le devenir des anciens étudiants du Cogmaster via les Archives (en cours d'élaboration).